audi-on-test

Qui sommes-nous ?

Emissions Analytics teste, chaque année, dans des conditions réelles sur route, des centaines de voitures neuves, couvrant plus de 90 % des ventes de voitures, à l’aide d’analyseurs de gaz à la pointe de la technologie.  Ces tests couvrent les voitures essence, diesel, hybrides et hybrides rechargeables pour la détection de nombreuses émissions polluantes, en particulier l’oxyde d’azote NOx.  Avec des sites de test dans plusieurs pays d’Europe, et aussi aux États-Unis, Emissions Analytics est bien placée pour détecter, indépendamment, les émissions réelles de voitures, y compris les tous derniers lancements de véhicules sur le marché.

Jusqu’à présent, nous avons testé plus de 1 000 véhicules en Europe et aux États-Unis, et plus de 400 voitures neuves sont testées chaque année. Chaque test est réalisé selon une méthode standardisée. Vous pouvez donc avoir totalement confiance dans la nature comparable et objective des résultats.

Les tests ne sont pas financés par les constructeurs, ni aucune autre partie intéressée, et nous sommes donc en mesure de publier les résultats, quels qu’ils soient, bons ou mauvais.

Un complément d’informations à propos d’Emissions Analytics est disponible sur notre site Web.

Commission consultative de l’indice EQUA

Afin de garantir un programme efficace et solide, la commission consultative de l’indice de la qualité de l’air EQUA rassemble un groupe d’experts pour guider et examiner les tests et la méthodologie de notation, contrôler le contexte réglementaire, et participer au développement global de l’indice..

Ce groupe de personnalités issues du milieu universitaire et de l’industrie inclut

Helen ApSimon – Professeur d’université à l’Imperial College de Londres au Royaume-Uni. Études sur la pollution de l’air.

Ses recherches sur la pollution de l’air s’appuient sur des études de modélisation d’accidents nucléaires et s’étendent jusqu’aux problèmes internationaux tels que les pluies acides et les problèmes de pollution de l’air en Europe de l’Est.

Elle s’intéresse en particulier à la pollution de l’air urbain, notamment celle de la ville de Londres, où elle a co-fondé le réseau « APRIL » (Air Pollution Research In London – Études sur la pollution de l’air à Londres). Par ailleurs, elle préside un sous-groupe qui examine les émissions, les modélisations et les mesures.

Elle a participé à plusieurs comités et appartenu à plusieurs groupes d’experts dont l’Airborne Particles Expert Group (Groupe d’experts sur les particules atmosphériques), le National Expert Group on Transboundary Air Pollution (Groupe national d’experts sur la pollution atmosphérique transfrontrière) et l’Air Quality Expert Group (Groupe d’experts de la qualité de l’air) du DEFRA (ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales).

Dr Adam Boies – Chercheur au Département d’ingénierie de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni

Adam est investigateur en chef de l’énergie des transports et des émissions dans le cadre de l’initiative des villes écoénergétiques (Energy Efficient Cities Initiative – EECi) et pour le « Centre for Sustainable Freight » (centre pour un transport durable). Il se concentre sur le développement d’outils d’analyse qui démontrent des réductions possibles dans l’utilisation d’énergie et les émissions.

Ses recherches sur les transports visent à développer des modèles ascendants de parcs de véhicules au Royaume-Uni et un carburant liquide pour les transports permettant de déterminer le cycle de vie des émissions et de l’utilisation de l’énergie.

Il est également investigateur en chef de la boîte à outils de l’investissement environnemental dans les aéroports qui est financée par l’EPSRC (Engineering and Physical Sciences Research Council – conseil de recherche pour les sciences physiques et les sciences de l’ingénieur). Celle-ci a mis au point des applications pour l’évaluation des émissions (gaz à effet de serre et polluants de la qualité de l’air locale) destinées aux aéroports du Royaume-Uni..

John German – Attaché supérieur de l’International Council on Clean Transportation aux USA

John est considéré comme l’une des personnes clés dans le récent scandale des émissions, qui a éclaté suite à ses recherches mettant en évidence les divergences d’émissions des véhicules diesel lors de la comparaison des chiffres officiels aux résultats de tests dans des conditions réelles.

Lorsqu’il a rejoint Chrysler en 1976 où il a passé huit ans dans l’ingénierie des groupes motopropulseurs à travailler sur les problèmes d’économie de carburant, John s’est impliqué dans les efficacités et les technologies de pointe.

Il a ensuite passé 13 ans à étudier et à rédiger des réglementations pour le laboratoire du bureau de recherche sur les sources mobiles de l’USEPA, à Ann Arbor dans le Michigan aux USA, suivies de onze années comme directeur des Analyses d’énergie et environnementales chez American Honda Motor Company.

John a écrit plusieurs articles spécialisés et un livre sur les véhicules hybrides à essence et à électricité publié par SAE.

Professor Martin Williams – Scientifique spécialiste de la qualité de l’air, Professeur d’université au King’s College à Londres au Royaume-Uni

Martin se concentre sur l’application des sciences atmosphériques à la politique de la qualité de l’air, la relation entre la santé et la qualité de l’air, et les liens entre qualité de l’air et changement climatique. Par ailleurs, il s’intéresse aussi beaucoup à l’efficacité des politiques de la qualité de l’air sur la qualité atmosphérique dans les villes et les régions, démontrée par des mesures. Cet intérêt a suscité des études récentes sur les tendances en NOx.

Auparavant, Martin était responsable du programme sur la qualité de l’air du DEFRA, et responsable de la politique sur la qualité de l’air et des recherches sur lesquelles fonder cette politique.

Il préside, par ailleurs, le comité exécutif de l’UNECE, la convention sur la pollution atmosphérique transfrontière longue distance, et le groupe de direction de révision de la modélisation pour le DEFRA.

Dr Marc Stettler – Chercheur au Centre for Transport Studies de l’Imperial College à Londres au Royaume-Uni

Avant son poste actuel au Centre for Transport Studies (Centre pour les études sur le transport), Marc a été associé de recherche au Centre for Sustainable Road Freight (Centre pour un transport routier durable), et l’initiative Energy Efficient Cities initiative (Villes écoénergétiques) at the University of Cambridge.

Les recherches de Marc visent à quantifier et à réduire l’impact environnemental des transports à l’aide d’une plage de mesure des émissions et d’outils de modélisation.

Parmi ses projets d’étude on recense la quantification des émissions de polluants et de gaz à effet de serre provenant des poids lourds au gaz naturel, par l’utilisation des données d’émissions réelles de véhicules en vue d’améliorer les modèles d’émissions et de quantifier les impacts sur la qualité de l’air autour des aéroports et des zones urbaines.

EQUA INDEX FR